Stop au travail des enfants : Le SNEC S’ACTIVE

jeudi 14 avril 2016
par ibrahima
popularité : 0%

Dans le cadre du projet de « Stop au travail des enfants », l’une des activités mises en œuvre par le SNEC est la formation d’enseignants sur le concept du travail d’enfants, et la création de zones libre de tout travail d’enfants.

L’histoire de Noumoutieba DIARRA, le point focal de l’école de Ourroun mérite d’être connue.

Noumoutieba DIARRA est un enseignant qui a toujours été engagé dans la lutte contre l’abandon scolaire. Étant jeune, il a lui-même dû interrompre sa scolarité par manque de moyens financiers, et il a finalement pu devenir enseignant communautaire grâce à diverse formations.

Cette histoire personnelle l’a fortement marqué et depuis lors, il a jugé nécessaire, en tant qu’enseignant, de venir en aide aux enfants qui ont abandonné l’école.

Noumoutieba DIARRA estime que la formation reçue grâce au projet lui a permis de comprendre et d’être beaucoup plus efficace dans ses interventions de réintégration de ses enfants qui ont décroché. Il a appris à mieux communiquer avec son entourage immédiat, avec les parents d’élève, à écouter attentivement les préoccupations de chacun, mais aussi l’existence des lois maliennes contre le travail des enfants.

Noumoutieba DIARRA a appris aussi comment créer au sein de son école un club anti-travail d’enfants.

A l’issue de sa formation sur le travail des enfants, Noumoutieba DIARRA s’est attelé à la tâche. Avec l’aide du Directeur de son école, il a repéré les douze élèves les plus vifs et communicatifs et leur a demandé de faire partie du club anti-travail d’enfants de son école. Ainsi six filles et six garçons de ce club se sont mené des activités de sensibilisation et de visites à domicile sous la direction de M. DIARRA. Ces actions ont porté fruits et quatorze enfants qui avaient abandonné l’école y sont revenus depuis 3 mois.

M. DIARRA a aussi eu l’idée de créer une Association des mères d’élèves. La présidente a été convaincue de ramener sa fille à l’école après une période d’abandon. Avec d’autres mamans, elle a décidé de sensibiliser un maximum de mères d’élèves à se battre pour l’éducation de leurs enfants.

L’Association des mères d’élèves, dans ses activités de terrain, collabore étroitement avec le comité de veille ENDA-SNEC.

Nous vous avons parlé de Noumoutieba DIARRA parce que son cas et surtout la formation dont il a bénéficié, a fortement renforcé ses activités dans la lutte contre le travail des enfants et l’abandon scolaire, en collaboration avec Enda. Ceci a suscité de l’engouement d’une grande partie de la communauté de son village pour l’éducation.

Noumoutieba DIARRA est donc un repère dans son village. Le SNEC l’a nommé comme coordinateur des points focaux de toutes les zones de la région. Son enthousiasme a débordé sur d’autres points focaux, par exemple aux villages Syentoula et de Mafléni.

Au village de Syentioula par exemple, nous avons déjà des résultats extraordinaires, avec une hausse du taux de fréquentation scolaire de 95 à 99% entre octobre et décembre 2015, en cinquième année.

Nous avons voulu vous parler de l’histoire de M. DIARRA a pour vous montrer à quel point la formation d’enseignants et leur implication dans ce type de projets amène des changements significatifs sur le terrain.


Agenda

<<

2021

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

3 novembre 2016 - PREAVIS DE GREVE ! NON A L’AMALGAME

Non à l’amalgame. et rester vigilants c’est en ces termes que le secrétaire général du Bureau (...)