LE HUIT MARS 2016, le Reseau de Femmes se mobilisent

jeudi 3 novembre 2016
par ibrahima
popularité : 0%

La salle de conférence de la Bourse du travail à refusé du monde. Les femmes du réseau à tenue un grande conférence -débat autour de la scolarisation de filles sur (le rôle des femmes enseignantes dans la scolarisation des filles)

Note de conférence pour le SNEC Thème (Réseau des femmes en éducation) le rôle des femmes enseignantes dans la scolarisation des filles). Cette conférence a été préparée par Dolo Rose Yadiguem, Coordinatrice Service Essentiel, Point focal genre Oxfam au Mali, Email : rose_dolo@yahoo.fr et rose.dolo@oxfamnovib.nl Tel : 00223 66793913 rdolo et animé par Abdoul Baky MAIGA c’était 15/03/2016

I. Introduction :

Ce document est une contribution à la problématique de l’éducation des filles au Mali. Elle se base sur des recherches documentaires sur la question. Il s’inspirent aussi des expériences de cinq ans de travail en tant que chargée Éducation à l’Oxfam dans le partenariat pour la qualité de l’éducation avec la société civile Malienne avec la participation active du SNEC.

II. État des lieux de la scolarisation des filles au Mali.

Les textes de républiques du Mali nous réaffirment l’égalité des chances dans le domaine de l’éducation au vu des textes références ci-dessous : Pour la constitution du Mali 04 articles de référence éclairent cette affirmation :

Article 2. : Tous les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droits et en devoirs. Toute discrimination fondée sur l’origine sociale, la couleur, la langue, la race, le sexe, la religion et l’opinion politique est prohibée.

Article 17 :L’éducation, l’instruction, la formation, le travail, le logement, les loisirs, la santé et la protection sociale constituent des droits reconnus.

Article 18 : Tout citoyen a droit à l’instruction. L’enseignement public est obligatoire, gratuit et laïc. L’enseignement privé est reconnu et s’exerce dans les conditions définies par la loi.

Par ailleurs la Loi 99-046 AN RM, du 28 décembre 1999 portant loi d’orientation sur l’éducation porte à notre connaissance des engagements clairs de l’État Malien à lutter contre les disparités du genre dans l’éducation notamment dans la scolarisation des filles.

Article 2 : L’éducation est une priorité nationale. Le service public de l’éducation est conçu et organisé en fonction des apprenants et en tenant compte des objectifs de développement et des valeurs socioculturelles du Mali. Il contribue à l’égalité des chances.

Article 9 : Le droit d’aller à l’école s’exerce sans discrimination fondée sur le sexe, l’origine sociale, la race ou la religion.

La loi d’orientation donne des indicateurs clairs sur la dimension genre et éducation mais plus spécifiquement sur la scolarisation des filles dans son : Article 12 : Pour l’horizon 2008, la nation malienne se fixe les objectifs spécifiques suivants :- porter le taux brut de scolarisation, au niveau de l’enseignement fondamental, à au moins 75 % dont 70 % pour les filles ;
- permettre à au moins 50% des jeunes déscolarisés et non scolarisés, âgés de 9 à 15 ans, d’accéder à un apprentissage minimum ;

- porter le taux d’alphabétisation des adultes à au moins 50 % dont 40 % pour les femmes ;

- promouvoir un enseignement professionnel adapté aux besoins de l’économie et porter le taux d’accès à au moins 56 %.

Malgré cet engagement du Mali prescrit dans les textes nationaux et en rajout la ratification des textes internationaux par le Mali sur l’éducation en particulier celle des filles les indicateurs ne sont pas reluisant.

En 2011 les garçons étaient aussi plus scolarisés que les filles (65,2 contre 48,7) soit une baisse de 4,3 points de pourcentage pour les garçons et 0,2 point de pourcentage pour les filles entre les deux enquêtes . Le taux brut de scolarisation (TBS) au 1er cycle s’est établi à 71,0% en 2013 (dont 72,1% pour les filles) contre 76,1% en 2012 tandis que le taux net de scolarisation est de 54,0 %. Quant au taux d’admission au 1er cycle, il s’est situé à 57,6% en 2013 contre 63,6% en 2012. Le taux d’achèvement au premier cycle est ressorti à 51,0% en 2013 contre 51,1% en 2012, malgré la fourniture de manuels scolaires et de formation des agents. Au second cycle, tout comme au premier, les garçons sont plus scolarisés que les filles (60,9 % contre 48,5 %). Par rapport à l’efficacité du système, il a été enregistré en 2013, un taux de réussite de 33,6% au Diplôme d’Études Fondamentales (DEF), soit 65 318 élèves admis sur 194 250 élèves ayant composé. Au Baccalauréat Général de 2013-2014, un taux de réussite de 13,0%.

III .Les causes de la non scolarisation des filles

Un écart d’environ 15% entre le pourcentage des filles et des garçons à l’école. Bien que beaucoup plus de filles commencent maintenant l’école, il y a encore d’énormes obstacles socio-économiques pour que les filles terminent leurs études. Il s’agit notamment du rôle domestique traditionnel des filles, la sexualité précoce liée au manque d’éducation sur la santé sexuelle et reproductive ainsi que le manque de choix économiques et la pratique du mariage précoce conduisant à la grossesse précoce et vice versa.

A ce qui précède, il convient d’ajouter la mauvaise qualité de l’éducation étroitement liée au manque d’enseignants (dans certaines régions, il n’y a pas moins de 100 élèves pour un enseignant), le faible niveau des enseignants bien qualifiés, le manque de matériel didactique / équipement adéquat, la lenteur du processus de réforme du curriculum et la généralisation et le manque de transparence dans la gestion financière dans le secteur de l’éducation (et autres secteurs) et le processus de décentralisation peu effectif.

IV. Quel rôle pour la femme Enseignante dans la scolarisation des filles ?

La femme enseignante porte plusieurs casquettes dans la scolarisation des filles à mon avis. L’opinion des uns et autres doit être édifié sur cet aspect en vue de magnifier ce rôle pour plus d’impact dans la scolarisation des filles.

La femme enseignante est d’abord femme (gardienne naturelle de la culture), mère, ce statut lui confère dans notre société le rôle naturel d’éducatrice, protectrice de l’enfant, et confidente donc recours naturel de l’enfant en cas de conflit dans son espace d’apprentissage. Dans le souci de répondre au sujet de la conférence dont le thème est « le rôle de la femme enseignante dans la scolarisation des filles », nous avons formulés 03 questionnements que nous portons votre connaissance à partir de notre expérience d’ancienne élève initiée dès les premiers pas à l’école par des enseignantes dont je rends Hommage mais aussi tant que activiste dans le domaine de l’éducation et des droits de la femme. Voir ci-dessous :

L’enseignante, un modèle de femme compétente, autonome, et épanouie ? Pour la petite fille scolarisée le premier modèle de femme compétente, autonome « épanouie ? » qu’elle construit dans son imaginaire en dehors de sa mère est la femme enseignante. Beaucoup d’entre nous n’ont-elle pas nourrit le rêve d’être à l’image de la maitresse de classe, aussi dans les aptitudes, mais aussi dans le modèle social qu’elle reflète dans la communauté. L’enfant apprend par imitation !

Beaucoup d’enfant filles et garçons témoignent de ce rêve dans les premières vocations énoncées autour des causeries familiales .Un autre exemple venant d’illustre témoin. M. Gordon Brown, l’ancien Premier ministre Britannique et actuel envoyé spécial du Représentant des Nations Unies pour l’éducation lors du lancement de la campagne en septembre 2012 au siège des nations par l’organisation Global campagne sur le Gap d’enseignant à recruter pour l’atteinte des objectif des Millénaires, nous confia dans son intervention que lors d’une visite dans une école au Nigeria : « Quand il demandait aux élèves ce qu’ils voulaient devenir plus tard.

Les élèves (filles-garçons) répondirent qu’ils il souhaitaient devenir enseignant(e) ».Ce qui l’étonnait à la fin sa visite aucun des enfants (fille et garçons) interrogés ne souhaitaient devenir politicien. En conclusion je note avec lui que l’enseignant Homme et Femme sont des modèles qui inspirent et font rêver les enfants (filles-garçons). L’enseignante, un rempart de la lutte contre les violences faites aux filles ?

L’enseignante doit être un acteur fondamental dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux filles dans le cadre des rencontres pédagogiques entre les pairs et aussi dans les pratiques de classe. Des études au Mali existe en la matière . En effet des facteurs pédagogiques constituent également des entraves à la scolarisation des filles, comme l’existence de stéréotypes sexistes.

De manière consciente ou inconsciente, les enseignant(e)s véhiculent des préjugés sur le genre. Dans leurs relations avec les élèves, ils n’adoptent pas la même attitude vis-à-vis des garçons et des filles. Cette façon de procéder découragent les filles ou freinent leurs performances.

Il convient également de ne pas occulter le contenu de certains manuels qui donne une image négative des femmes et des filles, ou qui prône la supériorité de l’homme : généralement, dans les contes issus des livres de lecture ou d’histoire, les héros sont des hommes ; L’enseignante, activiste dans la lutte pour les droits des filles à l’éducation ?

Beaucoup d’initiatives pour la scolarisation des filles existent à l’image du gouvernement d’enfants, la femme enseignante mérite aussi d’être organisée en réseau émergent en vue de jouer leur partition non négligeable dans l’atteinte de l’équité dans la scolarisation des filles.

V. Les suggestions ou recommandations vont dans le sens :

1. Réseau des femmes enseignantes renforcés dans les pratiques pédagogiques en vue de lutter contre les stéreoritypes et les inégalités de genre au coté de leur pair pour une éducation inclusive entre filles et garçons en vue d’un Mali fort équitable pour tout(e)s

2. Réseau des femmes enseignantes Ambassadeurs de la scolarisation des filles capables d’identifier et donner l’alerte et de fournir les solutions avec la communauté en cas de filles victimes de violences dans l’espace scolaire, cas déperdition scolaire, mariage précoce.


Agenda

<<

2020

>>

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

3 novembre 2016 - PREAVIS DE GREVE ! NON A L’AMALGAME

Non à l’amalgame. et rester vigilants c’est en ces termes que le secrétaire général du Bureau (...)