LA PLATE FORME REVENDICATIVE

jeudi 3 novembre 2016
par ibrahima
popularité : 0%

LE SNEC REACTUALISE SA PLATE FORME REVENDICATIVE et APPELLE AUX CONCERTATIONX AVEC LE GOUVERNEMENT

1. Le dialogue social dans l’éducation et la culture

Le dialogue social est « le point de départ nécessaire pour le succès de toute réforme de l’éducation ». Sans la pleine participation de ceux qui sont responsables de la mise en œuvre de la réforme, c’est-à-dire les enseignants et leurs organisations, aux aspects clés des objectifs et des politiques en matière d’éducation, « aucun système éducatif ne peut espérer assurer une éducation de qualité pour tous »

Dans la présente plate forme on part du principe que lorsque le dialogue social est appliqué régulièrement et effectivement, il donnera des résultats positifs tant pour les travailleurs de l’éducation, que pour les employeurs et les gouvernements et qu’il entraînera une amélioration de l’éducation pour les apprenants.

L’école est par excellence un lieu de transmission de la culture : connaissance du patrimoine, esprit critique, sens des valeurs font partie du bagage que tous les jeunes doivent avoir acquis à l’issue de leur scolarité et qui fait de chacun un membre de la communauté nationale et un citoyen du monde.

En matière de culture de la citoyenneté et des droits de l’homme, il n’est ni réaliste ni consistant de tout attendre de l’école – bien que celle-ci demeure incontestablement une pièce maîtresse.

Notre plate-forme revendicative est à la fois une proposition de solution à tous ces problèmes que connaissent les structures de l’éducation, de la culture et de leur personnel.

Elle se décline autour des composantes suivantes :  Emploi et recrutement,

 Traitements - Incitations,

 Environnement de travail,

 Éducation et formation.

A - Emploi et recrutement

Une stratégie de recrutement nationale pour répondre à tous les besoins actuels en termes de quantité et de qualité des enseignants Les principes d’égalité de chances, de non-discrimination et de compétence professionnelle sont essentiels pour attirer et retenir des individus capables, dévoués et motivés dans la profession enseignante. Ces mêmes principes sont fondamentaux pour susciter et maintenir partout le respect de la profession.

1) La poursuite de la transformation des écoles communautaires en écoles publiques jusqu’à extinction, La formation et le maintien du personnel enseignant des écoles communautaires en son lieu de travail jusqu’ à leur intégration ;

2) L’intégration immédiate et définitive de tous les enseignants des écoles communautaires, classiques et medersa dans la fonction publique des collectivités ;

3) L’intégration totale des enseignants contractuels dans la fonction publique de l’état ;

4) Accélération du processus des arrêtés d’intégration des contractuels dans la fonction publique jusqu’ à extinction ;

5) Le recrutement massif d’enseignants de qualité accompagné de mesures incitatives et attractives en faveur du personnel ;

6) L’adoption d’une convention collective propre aux enseignants des écoles privées classiques et Medersa sur la base de contrat en bonne et due forme ;

7) Le recrutement et la formation des professeurs de l’enseignement technique et professionnel ;

8) Dotation des services des Ministères de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat en ressources humaines suffisantes et qualifiées ;

9) Le respect du contenu du cahier de charge pour la création des écoles privées ;

10) Traitement de tous les dossiers des enseignants des écoles communautaires avant le deuxième trimestre 2016 ;

11) Adoption de critères de mutation pour tous les enseignants de la fonction publique de l’état et des collectivités ;

12) Ramener au mois d’ Aout l’organisation des concours d’intégration à la fonction publique des collectivités et la tenue des sessions de mutation ;

13) Régularisation de la situation administrative des 0100 et des 400.

14) La régularisions de la situation administrative des enseignants inscrits sur le budget des collectivités.

Synthèse :

Ces points, dans leur majorité, traitent du recrutement, de l’Intégration des enseignants des écoles communautaires et l’adoption de convention propre, à ceux des écoles privées (classiques et medersa) sur la base d’un contrat en bonne et due forme.

Veiller au respect du contenu du cahier de charge pour la création des écoles privées et Corriger le retard constaté dans l’organisation des concours d’intégration et la tenue des sessions de mutation par rapport à la rentrée scolaire.

Nb : distinguer les medersas

B-Traitements - Incitations :

Les motivations des enseignants sont complexes et vont bien au-delà du traitement : ils attachent de la valeur aux possibilités de se perfectionner professionnellement ; à la reconnaissance de leur travail et de leur dévouement ; et à la qualité de leurs relations avec les collègues, les élèves et les parents. Il faut que les politiques salariales intègrent cette compréhension plus profonde des éléments qui suscitent un bon enseignement :

1) L’octroi des primes de logement à tous les enseignants, aux personnels de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat ;

2) Allouer des primes de documentation à tous les enseignants, aux personnels de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat ;

3) L’octroi des primes de risques aux agents de l’éducation préscolaire et spéciale ;

4) L’allocation de crédit de fonctionnement consistant aux services déconcentrés de l’éducation, de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat ;

5) Allouer des primes de zone à tous les agents de l’éducation, de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat ;

6) Allouer des primes de risques aux personnels non techniciens de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat en service aux ministères de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat (secrétaires, agents de saisi, renotypistes, chauffeurs, plantons manœuvres, aide comptable, standardiste etc..).

7) Octroi des primes aux personnels non enseignant en service dans le secteur de l’éducation (secrétaires, renotypistes, chauffeurs, plantons, manœuvres, administrateur / technicien des arts et culture, action sociale agriculture, informaticien, aide comptable etc.) et leur équivalent de la jeunesse ;

8) Relecture de la loi 94-009 du 22 Mars 1994, relative à l’octroi des primes à certaines catégories de personnel de l’éducation (chefs de division des académies, DAE adjoints, DCAP adjoints) ;

9) La mise en œuvre par le gouvernement d’une politique incitative pour permettre le retour de l’élite ;

10) Le relèvement du taux des indemnités de surveillance, de correction et secrétariat des différents examens ;

11) Améliorer le taux de participation des artisans à toutes les foires Nationales et internationales ;

12) 13. Respecter et faire respecter les conventions internationales ratifiées par le Mali, notamment celle liée à la liberté syndicale (cas des écoles privées) ;

13) L’indexation du salaire des animatrices de la petite enfance (clos d’enfants) et des CED sur le salaire des agents de la catégorie D. ;

14) L’organisation des concours d’agrégation du secondaire dans les meilleurs délais au plus tard durant l’année scolaire (2015 – 2016) ;

15) Augmentation du Budget alloué au Ministère de la culture qui ne représente que (0 ,7%). Du budget National ;

16) Majorer les taux suivants : de surveillance, des concours et des examens, de secrétariat, des frais de correction, des frais des horaires des professeurs de l’ INJS, du lycée Ben Oumar Sy et du Conservatoire Multimédia Balla Fasséké Kouyaté ;

17) Majorer l’indemnité d’animation des travailleurs des Ministères de la culture, de l’Artisanat et du tourisme ; des sports, de l’ emploi de la formation professionnelle, de la jeunesse et de la construction citoyenne ;

18) Révision à la hausse des primes CP, DE ;

19) Harmonisation des dates de concours et sélection d’intégration à la fonction publique des collectivités des enseignants des écoles communautaires et des sortants d’IFM ;

20) Relecture de l’ordonnance N°2014-019/P-RM du 3 octobre 2014 modifiant la loi N°02-053 du 16 décembre 2002 portant statut général des fonctionnaires, cette relecture doit porter sur les aspects suivants : a. Élever le nombre d’indices-plancher de la maîtrise pour le rapprocher de celui du master, et que l’écart des 2 diplômes soit en permanence un seul échelon, vu l’expérience des maîtrisards.

b. L’élévation du nombre d’indices-plancher de la maîtrise, est à répercuter sur les grades et échelons actuels atteints par chacun des maîtrisards (des plus anciens aux plus jeunes).

21) Fixer le même nombre d’indices-plancher pour le master professionnel et le master d’étude.

22) Ajouter aux textes un article pour corriger et éviter le « Préjudice de 2 plafonds successifs » lors du reclassement de la catégorie B2 (Fin 2e-début 1ere classe) vers la catégorie A (Fin 3e classe).

23) -Octroi à chaque enseignant d’une prime d’activités en comité pédagogique.

24) -L’établissement d’un plan de carrière incitatif en faveur du personnel enseignant et non enseignant de l’éducation, de la jeunesse.

25) Ramener la durée des épreuves anticipées de l’EPS du DEF à 20 jours minimum.

26) Prise en charge du Secrétariat des épreuves anticipées de l’ EPS du DEF.

27) Distinguer les missions des directions de l’enseignement non formel et des langues Nationale CNREF –DNREF-AMALA) pour mettre fin aux conflits de compétence entre elles.

28) Revoir à la hausse la subvention des enseignants des écoles communautaires.

Synthèse :

Octroyer des primes de logement ; de zone, de risque, de documentation, d’activités pédagogiques au personnel de l’éducation, des sports de l’artisanat du tourisme et de la culture.

Revoir à la hausse la prime des conseillers pédagogiques et des directeurs d’écoles.

L’allocation de crédit de fonctionnement consistant aux services déconcentrés de l’éducation, de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat.

Revoir à la hausse l’indice de la maitrise et faire la mise à niveau du master Professionnel et du Master d’ Etude.

C- Environnement de travail :

Conditions de l’enseignement et de l’apprentissage

L’environnement de travail dans lequel les agents exercent leurs activités est un élément très important pour ce qui est de leur capacité d’assurer leurs fonctions professionnelles avec efficacité, d’éprouver de la satisfaction au travail et de faire en sorte d’obtenir les meilleurs résultats possibles en matière d’enseignement et d’apprentissage et de production culturelle, sportive, touristique et artisanale.

1) L’application stricte des textes juridiques sur le travail des enfants ;

2) Entreprendre toute action favorable à la protection de l’environnement, et au développement durable ;

3) L’inscription dans les programmes scolaires, les questions liées à l’environnement et au développent durable et à la lutte contre le travail des enfants ;

4) L’évaluation du système éducatif pour pallier aux difficultés conformément à la loi d’orientation de l’éducation.

5) La scolarisation et le maintien des filles tout au long du cycle de l’enseignement fondamental au moins conformément aux textes en vigueur ;

6) Relire les textes régissant le conservatoire Balla Fasseke et du lycée Ben Oumar SY en les adaptant au système LMD.

7) L’intervention auprès des instances appropriées pour labelliser et protéger les biens culturels de toute nature.

8) Respect du programme officiel et de l’emploi du temps.

9) La généralisation de la CA des Maitres ;

10) Dotation des écoles en manuels scolaires ;

11) La formation des enseignants à l’utilisation des TIC ;

12) Amélioration du cadre et équipement de travail des agents de l’administration scolaire ;

13) La reprise de la biennale artistique et culturelle en commençant par les semaines régionales et communales ;

14) Respect des normes en matière d’effectif d’élèves par la réalisation d’infrastructures scolaires suffisantes (salles de classe, latrines, point d’eau, mobilier scolaires, magasin,) ;

15) La création d’un cadre de concertation/administration Syndicat da ns les structures de la jeunesse, des sports, de la culture et de l’ artisanat.

Synthèse :

Améliorer les conditions de travail des agents de l’éducation, de la culture de l’artisanat et du tourisme dans le respect strict des textes qui les régissent ;

La généralisation de la CA des Maitres ;

D- Education et formation initiale et complémentaires des enseignants, processus par lequel les enseignants poursuivent leurs études ou leur formation ou améliorent leurs connaissances, compétences et pratiques professionnelles est un élément jugé de plus en plus important pour réaliser les objectifs internationaux en matière d’inscriptions scolaires, de qualité de l’éducation et de développement de tous les domaines du secteur de l’éducation, en particulier l’éducation pré et post-primaire.

1) La prise en charge totale du financement de l’éducation par le budget national ;

2) La création de jardins d’enfants publics dans toutes les écoles publiques du Mali (les régions du Mali) ;

3) L’organisation des concours d’agrégation du secondaire dans les meilleurs délais au plus tard durant l’année scolaire (2015 – 2016) ;

4) La mise en œuvre d’une politique nationale pointue de recherche et l’allocation d’un budget conséquent y afférent ;

5) L’adoption de programme de formation adapté au besoin du marché de l’emploi et des objectifs de développement du pays ;

6) Le renforcement des capacités du corps enseignant de l’enseignement supérieur en vue de faciliter la mise en application du système LMD ;

7) L’élaboration d’un programme pédagogique national et la formation continue des enseignants de médersa ;

8) L’ouverture de l’Institut Supérieur de l’Or, de la Bijouterie et de la joie rie de l’Ouest Africain (ISO) facteur de l’Intégration sous régionale et régionale ;

9) Renforcer les capacités des services des Ministères de la jeunesse et des sports, de la culture et de l’artisanat en ressources humaines qualifiées en mettant en place un programme de formation ;

10) Création d’une école de formation des Professeurs de l’enseignement technique et professionnel ;

11) Implication des syndicats dans le processus d’organisation des examens ;

12) Création d’une école de formation des formateurs ;

13) Création d’une école de formation des professeurs de l’enseignement secondaire normal (IFM) ;

14) Relecture du contenu du programme des IFM ;

15) Formation continue des agents de l’éducation et de la culture Synthèse :  16) La prise en charge totale du financement de l’éducation par le budget national ;

 17) La création de jardins d’enfants publics, et le maintien des filles tout au long du cycle de l’enseignement fondamental ;

 18) L’organisation immédiate des concours d’agrégation ;

19) l’établissement d’un plan de carrière incitatif en faveur du personnel, l’adoption de programme de formation adapté au besoin du marché de l’emploi et des objectifs de développement du pays ;  20) Le renforcement des capacités du corps enseignant de l’enseignement supérieur en vue de faciliter la mise en application du système LMD ;

IV - LES PERSPECTIVES.

la Mise en place d’une commission chargée de la relecture de notre plate forme revendicative. Reprise du dialogue social avec les Ministères concernés ,faire un plaidoyer, la Sensibilisation interne et externe des militants autour de la plateforme et entreprendre des actions.


Agenda

<<

2020

>>

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

3 novembre 2016 - PREAVIS DE GREVE ! NON A L’AMALGAME

Non à l’amalgame. et rester vigilants c’est en ces termes que le secrétaire général du Bureau (...)